Comment calculer une rentabilité locative nette ?

Il est clair qu’en se lançant dans un investissement, la rentabilité est un critère important à considérer. Effectivement, l’investissement dans l’immobilier peut produire une valeur ajoutée nette assez conséquente. La profitabilité de ce type de placement se fait surtout ressentir sur le long terme. Néanmoins, pour pouvoir jouir de cette profitabilité, il est nécessaire d’avoir une bonne gestion.   

Placement immobilier

Pour pouvoir se lancer dans la location immobilière, il est bien évidemment nécessaire d’avoir un logement c’est-à-dire une maison à louer. L’acquisition de cette dernière peut se faire soit via construction soit via achat immobilier. Dans les deux cas, le propriétaire a souvent recours à un emprunt bancaire. Quand il s’agit d’un emprunt bancaire à des fins immobilières, la somme est sûrement assez élevée. Il est donc très indispensable d’assurer que l’emprunt va générer de la valeur ajoutée. Pour ce faire, l’investisseur doit avoir certains indicateurs qui lui permettront de mieux gérer son investissement. La rentabilité locative brute et la rentabilité locative nette font parties de ces indicateurs.  

Rentabilité locative brute et nette

Lors d’un investissement, il impérativement nécessaire de connaître la rentabilité de l’activité. Pour investir dans l’immobilier, il faut savoir comment calculer la rentabilité locative brute et nette de la location. Pour obtenir la rentabilité locative brute, il suffit de faire le produit entre le loyer mensuel et le nombre de mois dans l’année. Ce produit sera ensuite divisé par le prix d’achat de l’immobilier. Enfin, tout cela sera multiplié par 100 pour obtenir la rentabilité locative brute. En ce qui concerne la rentabilité locative nette, la méthode de calcul est la même sauf qu’au lieu d’utiliser le loyer annuel, on le remplace par le loyer annuel imputé de frais de gestion (qui est approximativement 10%), des charges non récupérables et des taxes foncières (50% de la valeur locative). On compte parmi les frais de gestion, la somme versée à l’assurance et à la banque. Les travaux de réparations, les entretiens, les équipements et le gardiennage sont aussi compris dans les charges non récupérables.

Exemple de calcul

Afin de comprendre la méthode de calcul, il est mieux d’illustrer par un exemple. Un logement a été acheté à 160000€. Le propriétaire a loué son bien à 750€ par mois. La rentabilité locative brute se calcule donc comme suit : [(750€ x 12) / 160000€]x100=5,6%

La rentabilité locative brute est donc de 5,6%. Pour la rentabilité locative nette, le calcul est le suivant : [(750€ x 12) – (900€+500€+375€) / 160000€]x100=4,5%

Dans cet exemple, les 900€ correspondent aux frais de gestion, les 500€, aux charges non récupérables (supposition des frais liés aux entretiens et autres) et les 375€, aux taxes foncières. Ainsi, la rentabilité locative nette est de 4,5%. Grâce à ces indicateurs, on peut dire que l’investissement du propriétaire est rentable.

Quitter la version mobile